« Sur les pas des illustres ; aux sources de l’impressionnisme », la nouvelle saison culturelle d’Auvers-sur-Oise est ouverte.

« Auvers… C’est gravement beau… », écrivait Vincent Van Gogh à son frère Théo le 20 mai 1890. Du 24 mars au 28 octobre 2018,  partez sur les traces des impressionnistes. À 30 km de Paris, une merveilleuse découverte vous attend…

 Vous avez aimé la maison de Monet à Giverny ou l’atelier de Delacroix à Paris? Vous adorerez Auvers-sur-Oise. On y touche du doigt l’intimité de la création impressionniste. Arrêtez-vous tout d’abord à l’office du tourisme au centre du village pour prendre toutes les documentations : le plan touristique, qui indique les endroits où vous devrez vous rendre, ainsi que les brochures vous présentant les artistes, les lieux à visiter, les heures d’ouverture et les prix. À moins que vous n’ayez pu préparer votre visite en interrogeant sur internet les informations de l’office du tourisme (www.tourisme-auverssuroise.fr). Vous pourrez y télécharger gratuitement l’application « Van Gogh natures », un guide multimédia géolocalisé. Hyper pratique !

Nous vous conseillons de commencer par le château, parce qu’il présente dans un parcours de moins d’1 heure, en 8 espaces de mapping vidéos ( il y a des écrans au centre, ainsi que des projections sur les murs et les plafonds) -, la naissance du mouvement, la vie des peintres, des œuvres majeures, le contexte de l’époque, et enfin, les liens des impressionnistes avec le cubisme ou l’abstraction. Vous en ressortirez plus savants, et surtout très émus. Après votre déambulation, admirez les collections de tableaux. Promenez-vous ensuite dans le château : le parc est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, on y trouve notamment une collection unique d’iris anciens.

Puis, une halte au restaurant Le Nymphée s’impose. Son chef, Cédric Barbet, maîtrise particulièrement les produits du terroir, et utilise des fournisseurs de première qualité. À quelques minutes, se trouve la maison du Docteur Gachet, le protecteur de Van Gogh. Avec un peu d’imagination, on pourrait croire qu’il est possible de croiser Cézanne, Manet ou Pissarro, sur la terrasse qui domine l’Oise.

Là, ne manquez pas le musée de l’Absinthe (une charmante petite maison dans laquelle vous découvrirez son histoire ; vous pourrez même en acheter une bouteille… Avec ce frisson de l’interdit qui nous reste lorsque l’on évoque cet alcool, celui des poètes et des peintres maudits), le musée Daubigny et les ateliers Boggio (nous confessons y avoir – avec bonheur- découvert ces peintres), mais surtout, la chambre de Van Gogh, place de la Mairie.

 

La chambre de Van Gogh

La chambre de Van Gogh, n°5, ce sont 7 mètres carrés mansardés, dans leur état originel. C’est à Dominique-Charles Janssens, le président de l’institut Van Gogh, que nous devons de pouvoir visiter ce lieu incroyable, où se trouve toujours le lit du peintre. Pour faire l’histoire courte, après avoir subi un accident juste devant l’auberge Ravoux (où se trouve la chambre dans laquelle le peintre vécut ses 70 derniers jours, du 20 mai au 29 juillet 1890), Dominique-Charles Janssens se prit de passion pour l’endroit et l’artiste, et décida de rouvrir le tout : l’auberge Ravoux- qui sert de très bons repas-, et la chambre n°5. C’est un monument historique intime, l’un de ces endroits où l’on a le sentiment de venir en pèlerinage. À la sortie, un audiovisuel présente le séjour à Auvers-sur-Oise.

L’un des projets fous de l’institut Van Gogh est d’acquérir un tableau auversois de Van Gogh et de l’installer dans sa chambre, qui deviendrait ainsi une chambre avec vue. Réalisant ainsi le vœu du peintre qui écrivait le 10 juin 1890 à son frère Théo : « Un jour ou un autre, je crois que je trouverai moyen de faire une exposition à moi dans un café ».

Mais cela, ce sera pour votre prochaine visite. Car, lorsque l’on quitte Auvers-sur-Oise, on n’a qu’une envie : y revenir.